Livraison offerte sur tous les produits du site !!
histoire du bob chapeau

Le bob ou chapeau bob : des pêcheurs aux rappeurs, comment a évolué au cours des années ?

de lecture

Au cours de sa longue histoire, le bob chapeau a été porté par les golfeurs, les agriculteurs, les soldats et les B-boys, mais le bob est à nouveau très à la mode et partout.

Dès que vous commencez à chercher des chapeaux bobs, ils sont partout. En une semaine à peine, j'en vois dans les transports en commun. Sur le compte Instagram de Rihanna. Dans la collaboration Uniqlo de JW Anderson. Dans le documentaire de Teddy Pendergrass. Sur la tête de Asap Rocky sous une averse de neige. Sur le podium de Givenchy. Dans un pub le samedi après-midi. Ils existent en velours, en tissu imprimé banane, avec des logos, sans logos, en kaki, en noir, à des prix allant de 6€ à plus de 400€, des bobs de tous les styles. Rond, souple, avec un bord qui descend jusqu'aux sourcils, le bob est à la fois très tendance et universel. C'est, si l'on peut dire, un accessoire universel.

Asos affirme que ses ventes de chapeaux bob ont augmenté de 343 % en un an, le modèle à 10 € avec un smiley orange étant le plus populaire sur le site. Kangol produit des chapeaux bobs depuis les années 70. À l'échelle mondiale, les commandes de ses bobs classiques sont en hausse de 339 % au printemps 2021 par rapport au printemps 2020, tandis que son bermuda Casual, la forme robuste qui fait sa marque de fabrique est en hausse de 113 %. Le bob est désormais un habitué des podiums aux côtés de Dior, il a figuré dans les défilés de Craig Green, Prada et Burberry. Rihanna, quant à elle, est la sainte patronne du bob moderne. Elle a porté des modèles en peau de serpent, en imprimé tropical, en PVC et en kaki.

L'évolution du bob de nos jours

Mais le bob n'est pas seulement d'actualité. Son histoire s'étend du climat inhospitalier aux soldats en passant par la culture pop. Stephen Jones, le modiste britannique qui a conçu les chapeaux bobs sur le podium de Dior, affirme que l'on peut le faire remonter au "plus ancien des chapeaux". Si l'on remonte au 14e siècle, on trouve essentiellement des chapeaux bobs. Vous avez quelque chose qui passe par-dessus votre tête pour protéger vos cheveux et le bord, qui sert à protéger votre visage."

Le sou'wester est l'un des ancêtres les plus récents du bob. Conçu avec un bord plus long à l'arrière, et fabriqué dans un tissu imperméable, il a été nommé en raison des forts vents du sud-ouest, et porté par les pêcheurs travaillant au large de Cape Cod. Amber Butchart, l'auteur de Nautical Chic, assure que les sou'westers "étaient un choix à la mode pendant la folie des cloches des années 20", apparaissant dans Vogue et dans la collection de Jean Patou.

Comme la maille bretonne ou la maille aranaise, le sou'wester montre comment les vêtements de pêcheurs "ont constitué la base de classiques chics... Cet héritage stylistique est toujours présent aujourd'hui."

Une version militaire du bob est apparue pour la première fois dans les années 40 comme uniforme standard des forces de défense israéliennes, pour protéger les soldats du soleil du désert. Une autre version a été portée par les soldats américains au Vietnam, immortalisée par le lieutenant-colonel Henry Blake dans la série télévisée MASH.

Timothy Godbold, l'auteur de Military Style Invades Fashion, évoque une incarnation de ce style dans l'Irlande du début du XXe siècle, où les agriculteurs portaient des versions en laine ou en tweed. "Ils étaient utiles, car la forte teneur en lanoline les rendait résistants à l'eau", explique-t-il. "Ils étaient également lavables et faciles à ranger dans la poche".

Bien que la commodité et la conception protectrice du bob l'aient rendu populaire auprès d'un public plus large, il était initialement loin d'être un phénomène de mode. Le bob était la signature de l'infortuné ex-marine Gilligan dans Gilligan's Island, la sitcom américaine des années 60 sur un groupe de naufragés. Son destin semblait tout tracé lorsque les golfeurs l'ont adopté comme alternative à la casquette, aujourd'hui tout le monde en porte, que ce soit les enfants, les femmes ou les bobs homme.

Le bob et le Hip Hop

Mais les bobs ont rapidement été découverts par un groupe démographique très différent - la scène florissante des B-boys et des filles du Bronx à la fin des années 70. Eric Arnold, historien du hip-hop et consultant pour l'exposition Respect : Hip-Hop Style & Wisdom, organisée par le Oakland Museum en 2018, explique qu'ils sont devenus "un moyen de s'identifier en tant que praticien culturel ou adepte du hip-hop". LL Cool J et Run DMC les porteront plus tard.

On suggère que cette adoption du chapeau de golfeur pourrait être considérée comme une forme de subversion, remettant en question les idées de ce qui était un style approprié pour une communauté composée, en grande partie, de jeunes gens de couleur vivant dans les villes. "Je pense que pour certains, cela signifiait la perturbation du statu quo par cette culture novatrice qui réutilisait les choses", dit-il. "La même chose est arrivée à Timberland et Polo, voire MCM, Louis Vuitton et Gucci - des marques qui ont été adoptées comme mode urbaine de rue."

Lorsque le hip-hop est passé du Bronx au phénomène mondial à la fin des années 80, le bob est venu avec lui. Avec Kangol, Stüssy était une marque cruciale, son bob avec le double "S" était endossé par les Beastie Boys et, selon le cofondateur Frank Sinatra Junior (aucun lien avec le chanteur), les chapeaux représentaient 20 % des activités de la marque à la fin des années 80.

C'est le bob Stüssy, et d'autres par des marques de streetwear similaires, qui a été adopté sur la scène rave au Royaume-Uni. La foule du concert des Stone Roses à Spike Island en 1990 était une mer de chapeaux bobs et le batteur du groupe, Reni, en portait un aussi. Pour King Adz, expert en streetwear et auteur, c'est ce qui fait du bucket hat un classique.

"C'est l'archétype du chapeau de raver", dit-il. "Plus il est nordique, mieux c'est. Je pense à Spike Island, aux cassettes FM Centreforce, à la boue sur mes bottes Travel Fox lors d'une rave dans un champ près d'Elstree en 1989."

Le bob - une histoire de culture streetwear

Ce sont ces moments de sous-culture de premier ordre qui alimentent le succès actuel du bob dans toutes ses couleurs. Sean Leon, directeur du marketing mondial de Kangol, attribue la résurgence actuelle du bob à la nostalgie des jeunes de 19 à 24 ans. "Je pense que la génération d'aujourd'hui découvre probablement l'histoire du début des années 80 et passe aux années 90 pour la première fois", dit-il. "Ils y repensent de la même manière que je repenserais aux années 70". Il n'y a pas que l'association LL Cool J qui fonctionne. Leon mentionne des célébrités modernes : "Anderson Paak en a porté une au Saturday Night Live, A$AP Ferg porte celles en coton, tout comme Gully Guy Leo, un jeune influenceur streetwear."

Gully Guy Leo, un adolescent britannique dont le vrai nom est Leo Mandella, compte 715 000 followers sur Instagram, et porte un bucket hat associé à de minuscules lunettes de soleil, le genre de déclaration qui ferait tourner les têtes dans une boîte de nuit. Il s'agit de la dernière incarnation du bucket hat, selon Jian Deleon, directeur éditorial du site de streetwear Highsnobiety. "Il est probablement plus populaire en tant qu'accessoire de club ou de vie nocturne que pour son objectif premier, qui est de protéger vos yeux du soleil", explique-t-il.

Le statut de monsieur tout le monde du bob signifie qu'il n'en est qu'au stade actuel - en tant que classique, il changera sans doute encore. "Il évoque aussi bien les personnes âgées, les anciens du hip-hop que les hooligans du football britannique", dit Deleon. "C'est un article très spécifique avec un large éventail de connotations". Avec la mode qui explore une perspective plus inclusive, peut-être que cela fonctionne précisément parce qu'on ne peut pas l'épingler.

"Il peut être un article de mode, mais c'est aussi un article universel comme l'est un T-shirt", dit Jones. "La meilleure façon de mettre un bob est presque de le claquer sur votre tête et de ne pas vous regarder dans le miroir".


Recevez nos articles dans votre boite email.